Me réveiller auprès de toi m’est devenu indispensable.
J’ai besoin de la chaleur de tes bras, de la douceur de ta peau,
de la tendresse de tes baisers pour commencer la journée du bon pied.
Si je me réveille sans tout cela, si je me réveille sans toi, mon humeur en est affectée.
Je sais d’avance que je serai grognon et déprimée, que je passerai une mauvaise journée.

© Amy Softpaws

Mon amour, peu importe l’heure de la journée, je pense à toi. Et la nuit, évidemment, je rêve de toi.
Dire que tu hantes mes pensées est un doux euphémisme…
C’est encore plus fort que simplement « penser à toi », je vis constamment avec toi dans le cœur…
Avec cet amour dévorant dont chacune de mes pensées, chacune de mes paroles, chacun de mes gestes est empreint.
Car oui, même si ce n’est pas à toi que je parle, même si tu n’es pas auprès de moi, mon amour pour toi « déborde » et se ressent dans tout ce que je fais, dans tout ce que je dis…
Chaque partie de mon être et de mon âme crie à chaque seconde à quel point je t’aime !
© Amy Softpaws

C’est à la fois merveilleux et horrible d’aimer quelqu’un à ce point.
Au point que cette personne vous manque dès qu’elle n’est plus auprès de vous.
Au point d’avoir toujours besoin de ses câlins et de ses bisous.
Au point d’être incroyablement bien lorsque vous passez du temps ensemble.
Au point où vous ne pouvez pas vous endormir si cette personne n’est pas auprès de vous.
Au point où vous donneriez tout pour un de ses sourires.
Au point où vous sacrifieriez votre bonheur pour le sien…
Un amour si puissant qu’il est à la fois votre force et votre faiblesse,
qu’il vous coupe le souffle et vous rend incroyablement vivant…
Un amour aussi merveilleux que douloureux.
© Amy Softpaws

J’ai l’impression que mes mots sont trop faibles pour réussir à t’écrire, à te dire ce que je ressens pour toi…
C’est tellement puissant, mais aussi tellement frustrant…
Parce que je ne peux pas me permettre de trop en faire, de trop t’en donner au risque de t’étouffer.
Tu n’imagines pas à quel point je dois me contrôler pour ne pas tout le temps te coller,
pour ne pas te demander sans cesse de me câliner, de m’embrasser…
Et c’est dur parfois, non, souvent. C’est compliqué de réprimer ainsi mes sentiments…
© Amy Softpaws
Aller en haut